Retour

Les traitements

Immunothérapie contre le cancer du poumon non à petites cellules

Lecture de 5 minutes


Quels sont les traitements disponibles pour le cancer du poumon non à petites cellules?

Si vous avez reçu un diagnostic de cancer du poumon non à petites cellules, vous voudrez peut-être savoir quels sont les traitements disponibles pour traiter votre cancer.
 
Le cancer du poumon non à petites cellules, qui comprend l’adénocarcinome, le carcinome épidermoïde et le carcinome à grandes cellules, représente environ 85 % des cancers du poumon diagnostiqués. Il existe de nombreux traitements différents pour traiter ce cancer. En examinant votre profil de santé personnel et en effectuant une série de tests, votre médecin peut vous suggérer le traitement qui vous convient le mieux.
 
En plus des traitements tels que la radiothérapie, la chimiothérapie et une intervention chirurgicale, votre médecin pourrait envisager l’immunothérapie contre le cancer comme option. Certains types d’immunothérapie sont autorisés pour le traitement du cancer du poumon non à petites cellules.
 
L’immunothérapie s’est révélée efficace pour traiter le cancer du poumon non à petites cellules dans un certain nombre d’études cliniques, et ce, tant administrée seule qu’en association avec d’autres traitements. Elle aide à lutter contre le cancer en travaillant avec le système immunitaire pour reconnaître et attaquer les cellules cancéreuses.


Fonctionnement de l’immunothérapie contre le cancer du poumon non à petites cellules

L’immunothérapie peut être utilisée seule ou en association avec d’autres options de traitement du cancer du poumon. Il existe différents types d’immunothérapie qui ont été mises au point pour différents types de cancer. Chacune de ces immunothérapies utilise le système immunitaire de votre organisme pour lutter contre le cancer de différentes façons. Les immunothérapies actuellement disponibles pour traiter le cancer du poumon non à petites cellules sont les anticorps monoclonaux, qui agissent comme inhibiteurs du point de contrôle immunitaire ou comme inhibiteurs du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGF).
 
Les points de contrôle immunitaires se trouvent naturellement dans votre organisme. Ils régulent la réponse de votre système immunitaire, l’activent ou la ralentissent au besoin. Ils aident votre organisme à faire la différence entre les cellules « normales » et les cellules « étrangères ».
 
Le cancer du poumon non à petites cellules a appris à se cacher du système immunitaire de l’organisme, apparaissant comme une cellule normale à vos points de contrôle immunitaires.
 
Un certain nombre de traitements ont été mis au point pour aider les cellules qui luttent contre le cancer à trouver les cellules liées au cancer du poumon non à petites cellules. Certains de ces médicaments ciblent les systèmes de point de contrôle immunitaire PD-1 ou PD-L1 de votre organisme pour bloquer l’activité de protéines de point de contrôle spécifiques qui, à leur tour, aident à réactiver votre système immunitaire pour attaquer les cellules cancéreuses.
 
L’immunothérapie peut aussi agir en attaquant les vaisseaux sanguins qui entourent la tumeur, ce qui prive la tumeur d’oxygène et d’autres nutriments, rendant sa croissance difficile.
 
Plusieurs immunothérapies différentes sont autorisées pour le cancer du poumon non à petites cellules. Elles sont administrées par injection, et les patients sont étroitement surveillés tout au long du traitement.
 
Des traitements immunothérapeutiques peuvent être offerts comme traitement contre le cancer du poumon, seuls ou avec une chimiothérapie, lorsque le cancer du poumon s’est propagé, ne peut pas être retiré par une intervention chirurgicale ou s’est développé après un traitement par chimiothérapie à base de platine. En établissant votre profil de santé personnel, votre médecin peut vous dire si vous êtes un bon candidat ou une bonne candidate pour l’immunothérapie.


Répondre aux critères du traitement immunothérapeutique

Certains des effets secondaires très fréquents de ces immunothérapies sont : infection/inflammation des poumons, toux, infection des voies respiratoires supérieures, éruption cutanée/troubles cutanés, diarrhée, constipation, fièvre, nausées, douleurs articulaires/abdominales, fatigue, diminution de l’appétit, tension artérielle élevée, saignements/ecchymoses, résultats anormaux aux analyses de sang et d’urine, difficulté à dormir, maux de tête, sensation de picotements/engourdissement dans les orteils et les doigts, changement d’humeur et infections.
 
Les immunothérapies peuvent aussi causer des effets secondaires graves et potentiellement mortels, comme : inflammation des poumons, du cerveau, du muscle cardiaque ou de la peau, diminution du nombre de globules rouges (anémie hémolytique auto-immune), troubles oculaires, perforations gastro-intestinales, complications de la cicatrisation des plaies et hémorragie. Ces effets secondaires sont plus susceptibles d’apparaître pendant le traitement; toutefois, les effets secondaires peuvent se manifester plusieurs mois après votre dernière perfusion.
 
Votre médecin peut aider à déterminer si votre cancer du poumon non à petites cellules peut être traité par immunothérapie. En examinant votre profil de santé personnel et en effectuant une série d’analyses de laboratoire, votre médecin peut décider de manière éclairée si ce traitement peut vous être offert. Il est important que votre médecin effectue tous les tests nécessaires pour s’assurer que vous êtes un bon candidat ou une bonne candidate pour ce traitement.


Le bon traitement pour votre cancer du poumon non à petites cellules

Si vous avez reçu un diagnostic de cancer du poumon non à petites cellules, la prochaine étape consiste à collaborer avec votre médecin pour prendre des décisions concernant votre traitement. Il est important de poser à votre médecin des questions sur les traitements qui vous conviennent, afin de vous assurer d’obtenir les meilleurs résultats thérapeutiques possible.

Quelle est la fréquence du cancer du poumon non à petites cellules?

Le cancer du poumon étant le cancer le plus courant, il touche environ 2,1 millions de personnes dans le monde. Le cancer du poumon représente 12 % de tous les cancers.


Si vous souhaitez obtenir plus d’information sur l’immunothérapie contre le cancer du poumon non à petites cellules, consultez votre médecin.


CA-KEY-00514